Deuxième journée des FF d’Armor

Deuxième journée des FF d’Armor

Le Petit journal – 2ème journée

Être « tech » ou pas en Trégor.

Aujourd’hui, plongée en apnée dans l’hyper technologie.

A Lannion, le centre Anticipa nous dresse un tableau idyllique de la haute technologie dans le Trégor. Labélisé Technopôle et même « French tech Brest + », Anticipa materne lesstart up dans tous les domaines des technologies de pointes :

Le numérique bien sûr mais aussi la Photonique, les cosmétiques, le domaine maritime et l’agro-alimentaire.

Un seul mot d’ordre : Bronzer à la plage en rêvant de high tech ou travailler à la plage et bronzer au bureau sous les lampes des open-spaces. Mais qu’est ce qu’on fait quand il pleut ?

« En Bretagne, il ne pleut pas, Madame ».

A titre d’exemple deux entreprises Photonics et Nokia.

Qu’est-ce que la photonique ? Tout ce qui utilise la fibre optique : les télécoms, les lasers, les leds, etc…

La photonique est partout dans notre quotidien et le sera de plus en plus dans le futur.

Dans l’agro-alimentaire, grâce au laser, plus de caillou dans les lentilles, on peut surveiller les fonds marins, détecter les intrus, soigner la cataracte et imaginer des voitures sans chauffeur.

C’est merveilleux.

Pour parler de Nokia, il faut maitriser le « globish » ou « global english » cette espèce de langage qui n’a plus qu’un lointain rapport avec l’anglais que nous apprîmes à l’école, mais qui permet de travailler ensemble entre ingénieurs-chercheurs de tous pays, dans l’écoute et la tolérance.

« L’humanité de demain c’est grâce à nous (Nokia) ».

Autrefois, Nokia faisait des téléphones, maintenant Ils font des « hommes augmentés », de l’intelligence artificielle, des objets connectés, le tout sous la protection de Puffix la mascotte, un macareux moine des Sept Iles.

Ensuite nous sommes revenus vers la vraie vie, à la rencontre d’une jeune femme lumineuse, pleine d’enthousiasme et d’énergie qui s’est installée comme maraîchère depuis quatre ans et nous a fait partager ses galères, ses angoisses et ses réussites. Après le monde un peu effrayant que nous promet la « high tech » c’était rafraichissant d’entendre parler d’une philosophie de vie aussi humaine, solidaire et respectueuse de la nature, « je n’exploite pas la terre, je l’entretiens », tout en mâchouillant une feuille d’agastache rugosa. Puis de nouveau un détour par un autre modèle de production agricole qui laisse perplexe : sous d’immenses tunnels, translucides, des tomates géantes « labélisées « bio » qui poussent hors sol ». C’est un concept un peu difficile à saisir. Mais elles sont pollinisées par de vrais bourdons.

Article by Eugène AMADIO